Le sculpteur Denis Perregaux-Dielf avec le pèlerin orange, par hasard de retour chez lui. Même si la statuette a tout de même passé six mois au Brésil, «elle a de la peine a couper le cordon», s’amuse-t-il.Photo PK

L’art de Dielf toujours en pèlerinage

Que deviennent les pèlerins de Denis Perregaux-Dielf? «Les gens nous posent souvent la question, un peu comme si c’étaient nos enfants», raconte son épouse Martine. Ces drôles...

>